Dès l’aube de Pâques, la célèbre prière que Jésus nous a offerte est entrée dans une nouvelle version. Afin que notre Dieu ne soit plus perçu comme celui qui nous tente, mais bien plutôt comme celui qui nous aide à résister à l’épreuve, le texte français de la sixième demande de cette prière a été modifié. Désormais, nous ne prierons plus « Et ne nous soumets pas à la tentation », mais « Et ne nous laisse pas entrer en tentation ». Le moment de ce changement procède d’une démarche œcuménique, réunissant les réformés, les catholiques et les évangéliques romands. Pour aller plus loin dans les enjeux de cette question : http://reformes.ch/tag/notre-pere.